Extraits de livres, à télécharger (suite 4)

Louis XII

Louis XII

pour 9,99 € , ou télécharger un extrait

Un roi injustement méconnu, enfin réhabilité.

Louis XII, qui régna de 1498 à 1515, fut jusqu'à la fin de l'Ancien Régime considéré comme le modèle du bon roi, au point que Voltaire lui consacra une monographie élogieuse. Gloire, paix, justice, prospérité nimbèrent longtemps sa mémoire. Une réputation flatteuse qu'il doit principalement à une véritable propagande. Pendant une décennie, il fit miroiter aux yeux de l'opinion le mirage, auquel il crut lui-même, du rétablissement de l'empire des Césars et de Charlemagne. C'est pourquoi il s'acharna, avec succès pour un temps, à conquérir l'Italie. Roi de France, il fut ainsi duc de Milan, roi de Naples, et porta même le titre de roi de Jérusalem. Par Louis XII, premier prince français de la Renaissance, la France entra dans l'ère moderne.

Didier Le Fur est l'auteur, entre autres, de Anne de Bretagne, miroir d'une reine, historiographie d'un mythe et, plus récemment, d'une biographie de Henri II.

Elle voulait juste marcher tout droit

Elle voulait juste marcher tout droit

pour 7,99 € , ou télécharger un extrait

1946. La guerre est finie depuis quelques mois lorsqu?Alice, huit ans, rencontre pour la première fois sa mère. Après des années à vivre cachée dans une ferme auprès de sa nourrice, la petite fille doit tout quitter pour suivre cette femme dont elle ne sait rien et qui lui fait peur, avec son drôle de tatouage sur le bras.

C?est le début d?un long voyage : de Paris à New York, Alice va découvrir le secret de son passé, et quitter à jamais l?enfance.

Comment trouver son chemin dans un monde dévasté par la guerre ? Avec une sensibilité infinie, Sarah Barukh exprime les sentiments et les émotions d?une enfant prise dans la tourmente de l?Histoire.

Un premier roman magistral.

Pour l'amour de Mathilde

Pour l'amour de Mathilde

pour 14,99 € , ou télécharger un extrait

Début des années 30. Félix Métivier, un entrepreneur canadien, bravant la neige et les moustiques, s'emploie à conquérir la forêt. Derrière lui une armée des bucherons et de draveurs. Dans ses pérégrinations, Félix se lie d'amitié avec le peintre français Henri Ramier, dont Mathilde, une jeune Québécoise, s'amourache. Comment la jeune femme a-t-elle pu tomber amoureuse d'un homme qui pourrait être son père ? Septembre 1939. A l'annonce de la déclaration de guerre, Ramier regagne son Gers natal avec Mathilde. Tout étonne celle-ci dans la façon de vivre des Français. En retour, sa franchise, sa naïveté lui valent railleries et quolibets. Mais ce n'est rien à côté de l'inimitié que lui voue Irène, la fille d'Henri. Henri, ce père tranquille dont l'insouciance exaspère Mathilde. Que ne rejoint-il les rangs de la Résistance ? Que fait-il de ses journées passées à Auch, avec son matériel de peinture ? Le jour où les Allemands investissent la zone libre, Mathilde, lasse de voir les Français s'entredéchirer, décide de choisir son camp. Au péril de sa vie...

Le visionnaire

Le visionnaire

pour 13,99 € , ou télécharger un extrait

Aux environs de 1860, on parcourait encore le Bas-Canada sur des routes de terre et on traversait les rivières sur des bacs.

Trois membres de la famille Saintonge contribuèrent de façon déterminante à forger le Québec d’aujourd’hui. Le père, Frédéric, surnommé le Visionnaire, s’exile pour fonder une communauté francophone dans le Midwest américain. Le fils de celui-ci, également nommé Frédéric et qualifié de Prodige, dresse églises, presbytères et nombre de résidences prestigieuses. Enfin, son frère Jean-Charles, dit « l’Affranchi », mène une existence libre, en précurseur des temps nouveaux.

Ces pionniers – et les femmes qui les ont accompagnés – sont ceux et celles qui ont mis le Québec au monde ! Ce livre est leur histoire…

Korruption ! Au coeur du système nazi

Korruption ! Au coeur du système nazi

pour 15,99 € , ou télécharger un extrait

Que se passe-t-il lorsque la corruption s’installe au cœur de l’État ? Qu’advient-il du peuple qui ne l’accepte pas ? De ceux qui ferment les yeux ? Parler de corruption à l’époque nazie n’est pas la première chose qui vient à l’esprit, alors même qu’une longue tradition historiographique nous a confortés dans l’idée d’une bureaucratie allemande entretenue dans l’ignorance des conséquences dramatiques de ses actes. Pourtant l’ouvrage de Frank Bajohr apporte à cet égard un éclairage édifiant : le régime nazi reposait sur une corruption quasi organique. Le système récompensait les plus fidèles, enrichissait les plus zélés, spoliait les bannis. Argent, demeures, entreprises, œuvres d’art changèrent de mains en quelques mois sans que les institutions garantes du droit n’aient réagi. Le vol, le pillage, occultés par une idéologie omniprésente, furent bien les leviers indispensables du pouvoir nazi et un rouage essentiel de la Shoah. Comment tout cela fut-il possible dans ce grand empire allemand, traditionnellement attaché à ses lois ? Le livre est nourri des scandales de ces SS avides, à la cupidité sans limite, affranchis de la moindre humanité. Budgets publics détournés, petits et grands arrangements, incompétence généralisée témoignent contre la "supposée bonne gestion nazie". Mais l’auteur va plus loin : les comportements des dirigeants érigés en modèles firent école en libérant nombre d’Allemands "tout à fait normaux" des scrupules qui les retenaient encore. Un Rubicon moral avait été franchi...

L'abdication

L'abdication

pour 14,99 € , ou télécharger un extrait

Waterloo, 18 juin 1815 : Blücher et Wellington sont vainqueurs, l’armée française est en déroute. Tout l’indique : le règne de Napoléon s’achève. Beaucoup le croient ; Napoléon le refuse. Pour lui, le désastre est réparable : ne peut-il instituer une dictature de salut public, contenir les Prussiens et les Anglais avec les restes de l’armée et procéder, comme en l’an II, à une levée en masse ? Son destin et celui de la France basculent en trois jours : le mercredi 21 juin, Napoléon arrive à Paris conservant l’espoir de rassembler derrière lui le pays ; le jeudi 22, après avoir tenté de se suicider, il abdique en faveur de son fils ; le 23, par un tour de passe-passe, les députés reconnaissent Napoléon II pour mieux l’écarter. Archives ouvertes, journaux et mémoires revisités, Jean-Paul Bertaud place le lecteur aux premières loges de l’Histoire. Faisant appel aussi bien aux témoignages de l’étudiant et du soldat, du député et de l’agent secret qu’à ceux de l’Empereur et de ses proches, il reconstitue jour par jour, heure par heure, le drame de toute une nation. Témoin des hésitations de l’homme d’État à un moment crucial de son existence – mais l’Empereur a-t-il d’autres solutions que d’abandonner le pouvoir ? –, le lecteur voit vaciller, puis s’éteindre, la flamme de l’Empire.

Jacopo le forçat

Jacopo le forçat

pour 0,99 € , ou télécharger un extrait

Un homme est retrouvé assassiné dans un wagon du train Paris/Vic-sur-Cère.

Le vol n’est, semble-t-il, pas le mobile du crime.

L’inspecteur PONCET, chargé de l’enquête, apprend qu’un individu au teint hâlé, à la mine patibulaire et à la vêture plus que modeste, dénotant avec les usuels passagers de première classe, a été contrôlé dans ce compartiment et que trois dames ont demandé à changer de place pour ne plus être en sa présence.

Le policier soupçonne rapidement une vengeance, mais s’étonne de la disparition subite du trio féminin ayant occupé le « sleeping-car » voisin de l’emplacement du meurtre...

Jacquou le croquant

Jacquou le croquant

pour 7,49 € , ou télécharger un extrait

Fils de métayers, Jacquou doit faire face aux rudes conditions de vie des paysans du XIXe siècle ; sa famille est exploitée par le comte de Nansac. À la suite du meurtre de Laborie, régisseur du château, Martissou, le père de Jacquou, est condamné aux galères où il meurt. Sa mère décède également peu de temps après. Jacquou va alors connaître la faim, le froid, le malheur et la tyrannie du comte de Nansac. Orphelin, il est recueilli par le curé Bonnal qui s’occupe de son éducation. Jacquou est un garçon plein d’énergie. Il connait parfaitement la nature de son coin de Périgord. Il va devenir un adulte fort, déterminé et séduisant, bien décidé à combattre l’injustice dont sa famille a été victime, il va se venger du comte de Nansac et démontrer qu’un pauvre croquant n’est pas dépourvu ni de courage ni de grandeur.

Écrire commentaire

Commentaires: 0