Souvenirs d'Antan !

La Trinka Wasser

Un épisode de mon enfance...


Pendant mes vacances scolaires, je devais avoir 14 ou 15 ans, je me trouvais aux abords de la maison forestière, logement de fonction attribué à la famille, car mon père était garde - forestier.

    J’étais  en train de regonfler les pneus de mon vélo, lorsqu’une vieille femme, très laide, aux allures de clocharde, surgissant de la forêt, m’interpelle en Alsacien !
Il faut dire que, venant de Franche-Comté, je ne connaissais pas un traître mot de ce dialecte. Aussi, ne sachant pas ce qu’elle me baragouinait, je lui répondit : Na naille ! (Non, non !). En fait, elle me disait : « Net a trinka wasser ? », cequi veut dire à peu près :

« Vous n’avez pas de l’eau à boire ? », mais en ce temps-là, c’était de l’Hébreu pour moi.
    Sur ma réponse négative, elle me répondit : « Yoooo  s’éch Trurig ! » (Oh, c’est triste !)
   
Ma mère qui la voyait de loin, se rapprocha et voilà la vieille qui enfin se met à parler en français. Dans un sabir bien local, elle lui dit :
« Che cherche du lô et la fils dit No, No ! »
   
Alors ma mère, comprenant à peu près ce qu’elle disait, s’en alla remplir une bouteille d’eau et la lui donna...J’appris par la suite que cette femme était une pocharde et les gens du village la voyaient souvent cuver son vin dans les fossés aux alentours...


    Mis au courant de cet événement, les villageois la baptisèrent : « La Trinka Wasser » ...(la buveuse d’eau). Sûrement qu’elle aurait mieux aimé qu’on lui donne une bouteille de vin au lieu de la bouteille d’eau du robinet !

    Cet épisode est resté gravé dans ma mémoire et lorsque j’y pense, je fais toujours le rapprochement avec cette célèbre phrase du poème de Victor Hugo, « Après la Bataille »  : « Donnes-lui tout de même à boire, dit mon père ».
Bernard SAUNIER


Écrire commentaire

Commentaires : 0